« ALTERNATIVES » : un guide d’action contre les discours haineux et extrémistes

La jeunesse est l’âge d’or de la construction de l’identité d’une personne. C’est durant cette période que l’adolescent puis le jeune adulte développe son esprit critique, affine sa personnalité et sa conception du monde. Il est donc primordial pour les instances politiques, sociales, les organisations de jeunesse et les structures éducatives de donner, aux jeunes, les bons outils et les bons exemples.

UN MANUEL, POUR QUOI FAIRE ?

Créé par différents organismes comme le conseil de l’Europe, l’université nationale d’Irlande, le centre européen de la jeunesse de Strasbourg, le Mouvement contre le discours de haine, ce manuel apparaît dans un contexte où la haine est devenue monnaie courante dans nos sociétés. La demande de campagnes contre les discours de haine et d’extrémismes est en augmentation étant donné les menaces autour de la démocratie et des droits de l’Homme. L’ouvrage en question a pour mission plusieurs objectifs : préserver les droits de l’Homme, la démocratie et l’État de droit, prévenir et combattre la radicalisation violente, partager des bonnes pratiques concernant le recours aux contre-récits et aux récits alternatifs et stimuler le renforcement des initiatives citoyennes.

Destiné aux jeunes militants et éducateurs engagés auprès de la jeunesse et dans la promotion des droits de l’Homme, le manuel leur est dédié afin « d’affronter, déconstruire et remplacer les récits haineux » et leur permettre d’élaborer des contre-récits et récits alternatifs pour lutter contre les discours de haine.

DES CONSEILS PRATIQUES POUR ELABORER DES CAMPAGNES DE CONTRE-RECIT

Composé de plusieurs chapitres, ce manuel contre les discours haineux et extrémistes définit le discours de haine selon les lois nationales et internationales puis donne deux exemples de récits haineux ; un sur les réfugiés et un autre sur une famille de Roms. Les modalités de l’investissements des plateformes web sont expliqués, de mêmes que les différents axes du « contre-récit », illustrés par deux campagnes : « Yes we can » et « Les étrangers nous volent notre travail ».

Des conseils pratiques pour élaborer une campagne de contre-récit sont aussi proposés et, dans le dernier chapitre, le manuel entre dans le détail d’une campagne. Basé sur quatre critères, il fixe la ligne stratégique à adopter : analyse du terrain, conception de la campagne, sa mise en œuvre et enfin sa réalisation.

INSTRUCTIF ET ORIGINAL À LA FOIS

Pour illustrer tous les conseils donnés, et les stratégies à adopter, l’histoire d’un groupe de jeunes décidant de lancer une campagne de contre-récits dans leur lycée sert de démonstrations. On les retrouve au fil du manuel. Leur histoire repose sur des exemples vécus, ceux de jeunes concernés par le discours de haine et qui ont décidé de réagir.

Le début de l’histoire commence avec Oli, une jeune fille confrontée à des propos de haine et xénophobe à son égard. Avec l’aide de son meilleur ami, Ale, ils décident de former un groupe et de lancer une action. Accompagnés de professeurs, de militants et d’autres jeunes ils vont réussir à mettre en place une campagne de contre-discours malgré les difficultés rencontrées. Cet exemple permet au lecteur d’avoir un exemple concret tout au long de sa lecture.

Si vous aussi, vous souhaitez intervenir sur l’espace médiatique pour un engagement citoyen et remplacer les discours de haine par des messages positifs, d’amour et d’optimisme, ce manuel est fait pour vous !

— Ecrit par IDPI

Réagissez