“Lettres à Nour”, le rôle du récit affectif

Jeudi 9 novembre, IDPI a assisté à la lecture de « Lettres à Nour » par Rachid Benzine et Lou de Laâge. Inspiré du roman « Nour, pourquoi n’ai-je rien vu venir ? », cette présentation théâtrale permet de déconstruire l’idéologie de DAECH à travers le prisme de l’amour. Le jeu remarquable, de Rachid Benzine et de Lou de Laâge, dépasse la fiction et nous remue les tripes.

Nour, c’est une jeune fille, partie à Falloujah, pour participer au califat, libérer l’Irak et “créer un monde humain à l’image d’Allah”. Tout au long de sa nouvelle vie, les lettres qu’elle échange avec son père lui permettent de maintenir un lien familial et avec l’extérieur.On participe à un échange intense et bouleversant, laissant la parole à deux êtres retranchés dans leurs certitudes. Ces lettres permettent « de créer un face à face entre deux consciences, deux visions du monde, qui argumentent, s’opposent, déconstruisent chacune la rationalité de l’autre ».

Cette présentation permet d’évoquer le contre-discours dans la prévention de la radicalisation, et de donner une perspective préventive à travers l’art, le théâtre et le savoir.

— Ecrit par IDPI

Réagissez